L’étape de la preuve de concept est dépassée !

Mardi 15 juin

Hugues de Bantel, dirigeant de Cosmo Tech, spécialisée dans les jumeaux numériques simulables et vice-président de Think Smartgrids nous livre sa vision du marché de la digitalisation de l’énergie, un marché qui arrive selon lui à un stade de maturité stratégique. Il faut désormais aller vers le concret et l’opérationnel et pour cela, il invite les acteurs à partager autour des passages à l’échelle. 

 

Hugues de Bantel, dirigeant de Cosmo Tech

 

Quel est le contexte de la montée en puissance de la digitalisation de l’énergie et quel en est l’enjeu ?

L’enjeu de la digitalisation de l’énergie se superpose avec celui de la transition énergétique. La PPE (Programmation Pluriannuelle de l'Énergie) d’avril 2020 a fixé pour objectif la neutralité carbone en 2050. Elle prévoit également un point d’étape avec 5 millions de véhicules électriques en circulation et l’installation de 500 000 bornes de recharge sur le territoire en 2028. Ce sont des éléments structurants pour une filière qui évolue dans un contexte complexe et incertain. Les réseaux électriques se trouvent également aujourd’hui face à un mur d’investissements. Mis en place à la fin de la seconde guerre mondiale et avec une durée de vie théorique de plusieurs dizaines d’années, ces réseaux ont besoin d’être maintenus et remplacés. La stratégie d’investissement et de maintenance pour préparer les réseaux du futur est un sujet critique et un enjeu majeur pour les acteurs de l’énergie et elle doit prendre en compte la production, intermittente pour partie et distribuée par nature qui devra être absorbée de façon sûre et pérenne.

Producteurs et distributeurs doivent non seulement accompagner le déploiement de réseaux électriques intelligents (Smart Grids), des ENR et de capacités de stockage sur le réseau mais également anticiper une évolution des comportements de consommation électrique générée par les nouveaux usages énergétiques. Les nouveaux besoins autour de la mobilité électrique, de la décarbonation des bâtiments, du développement de flexibilité sur les consommations industrielles, de l’émergence des consom’acteurs - stimulés par le déploiement des compteurs intelligents - créent beaucoup d’opportunités et, en même temps, de l’incertitude et un niveau de complexité important. Le monde de l’énergie se prépare activement à ces changements… Le digital et ses technologies soutiendront cette mutation.


 
Où en est-on de cette transformation ?

Le marché arrive à un certain stade de maturité, l’étape de la preuve de concept est dépassée. La création de valeur apportée par les nouvelles technologies a été largement prouvée au travers de très nombreux cas d’usage sur l’ensemble de la chaîne de valeur de la filière énergétique. On entre dans la phase de déploiement opérationnel à l’échelle. De nombreux acteurs se sont déjà engagés dans la transition énergétique en investissant dans le big data et l’IoT. Les données des consommateurs sont disponibles grâce aux compteurs intelligents et les données du réseau sont également plus accessibles ; nous allons maintenant pouvoir créer beaucoup de valeur à partir de ces données autour de nouveaux usages accélérés par la transformation digitale.

Les opérateurs de réseaux électriques vont pouvoir par exemple optimiser le pilotage, la maintenance et les investissements sur les réseaux à partir de solutions d’Intelligence Artificielles et de Jumeaux Numériques qui vont augmenter leur capacité à accompagner les changements en cours et à répondre rapidement aux enjeux futurs. Les acteurs de la filière vont également pouvoir développer de nouveaux usages et services pour les consom’acteurs : tarification dynamique, suivi ou recommandations de consommation, gestion active des équipements avec, à la clef, des économies importantes pour les consommateurs résidentiels et industriels et une contribution active à la flexibilité du réseau. L’efficacité énergétique des bâtiments va également bénéficier de cette transformation. Les Smart Grids et la digitalisation vont permettre d’accélérer la décarbonation des bâtiments. Enfin, la convergence multi-énergies, rendue possible par les réseaux intelligents, permettra de tirer profit des synergies entre l’électricité, la chaleur, le froid, le gaz naturel et l’hydrogène.

 

Vous parliez de contexte incertain, mais comment y répondre ? 

Des technologies vont soutenir ce changement. Elles ne remplaceront jamais l’expertise des opérateurs, mais elles vont l’augmenter. En ces temps d’incertitude, elles accompagneront les prises de décision en permettant de simuler différents scénarios sur l’évolution du réseau électrique. Par exemple, dans l’écosystème des jumeaux numériques en forte croissance, les jumeaux numériques simulables offrent aux décideurs une visibilité stratégique pour se préparer au changement. Ils permettent d’avoir une réplique virtuelle du réseau, intégrant ses contraintes internes et externes, pour réaliser tout type de simulations et connaître à court, moyen et long terme sa robustesse et sa résilience selon les décisions de l’organisation ou l’avènement de perturbations.

Cosmo Tech a développé un jumeau numérique pour RTE qui permet de simuler l’impact de leurs politiques de maintenance et d’investissement à différentes échelles de temps en fonction des différents scénarios envisagés, notamment sur l’état de santé du réseau, la qualité de service ou la performance environnementale. Les résultats de ces simulations ont pu éclairer les équipes du GRT sur leur capacité à investir et à maintenir leurs actifs de façon optimale pour les années à venir, mais aussi à évaluer la robustesse et la résilience du système électrique en fonction de différents scénarios de risques encourus. Les jumeaux numériques simulables sont de très bons outils d’aide à la décision dans un environnement complexe et incertain. Cela a d’ailleurs été reconnu par la Commission de Régulation de l'Énergie qui incite à la diffusion de ces approches. 

 

Quels sont les acteurs en jeu sur ce nouveau marché et où en sont-ils ?

Avec la montée en puissance du numérique et l’accélération de la transition énergétique, nous évoluons sur un marché où il n’y a plus de frontières, où les filières industrielles se décloisonnent. Autour des réseaux électriques, les acteurs sont très nombreux et avec des profils très différents : les énergéticiens (électriques, chaud, froid, gaz décarboné, hydrogène…) bien sûr, mais aussi les acteurs de l’IT, du numérique, de l’électrotechnique, de la mobilité électrique, du bâtiment, de la téléphonie... Des startups, des laboratoires de recherche et des universités viennent apporter de l’agilité, de l’innovation et des nouveaux usages aux grands groupes historiques comme Schneider Electric, Siemens, les ESN comme Cap Gemini ou Sopra Steria. Les enjeux sont systémiques. Les acteurs vont devoir travailler ensemble dans un écosystème à consolider pour apporter des réponses à l’incertitude et offrir de nouvelles solutions autour des Smart Grids. Le marché est sorti de l’étape de preuve de concept pour entrer dans l’industrialisation.  Il faut stimuler le marché en partageant une vision commune et des cas d’usage très concrets du passage à l’échelle. 

 

En savoir plus sur Think Smartgrids

En savoir plus sur Cosmo Tech


15/06/2021