Marion Perrin; directrice scientifique d'Oscaro Power : "L'autoconsommation est une révolution sociétale majeure"

Après avoir travaillé à l'Institut National de l'Energie Solaire du CEA (Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives), Marion Perrin est aujourd'hui directrice scientifique d'Oscaro Power. Son ambition ? Que les particuliers puissent prendre le pouvoir en devenant autonomes énergétiquement. Comment ? Grâce à des systèmes photovoltaïques faciles à poser conçus pour autoconsommer. Témoignage.

 

Présentez-nous Oscaro Power...

Marion Perrin : Oscaro Power est la société qui commercialise en ligne des systèmes photovoltaïques pour les particuliers sous la marque Oscaropower.com. Nous avons axé notre activité sur le particulier en autoinstallation et en autoconsommation. Ce qui veut dire que ce sont des panneaux photovoltaïques pour consommer soi-même, mais surtout à installer soi-même ! Notre but est d'aider les consommateurs en leur proposant tout le support nécessaire pour qu'ils réussissent leurs projets. Par exemple, nous les aidons à répondre à leurs nombreuses questions au moment de la conception : combien me faut-il de panneaux ? Pour quels besoins ? En choisissant quel système et quel matériel ? Et comment faire ? Nous leur proposons ainsi des tutoriels et disposons d'un centre de relations clients réactif. notre volonté est de pouvoir franchir le plafond de verre des 35 à 50 000 systèmes d'autoconsommation installés dans l'habitat chaque année. D'autant que le système basé sur les subventions s'essouffle. Notre modèle est sans subvention dans la mesure où c'est le particulier qui installe son système.

 

"Grâce à la digitalisation, piloter sa maison devient réellement possible"

 

Quelle est votre vision du secteur ? 

Marion Perrin : L'énergie solaire connaît un développement et une croissance exponentiels, mais ce n'est que le début ! Nos ambitions en matière de renouvelables dans un mix énergétique ne pourront pas être atteintes si nous n'impliquons pas le consommateur. C'est une évidence. Et le consommateur ne peut pas être impliqué si c'est quelque chose de très abstrait. L'autoconsommation est quelque chose de très concret qui permet de faire soi-même, de rentrer dans le monde de l'énergie. En devenant aussi producteur, le particulier comprend bien plus facilement qu'il doit y avoir un équilibre entre l'offre et la demande au niveau  du réseau électrique. cela veut dire qu'il faut que je consomme au moment où je produis, pour maximiser le bénéfice de mon système. donc je pense que l'autoconsommation permet de préparer cette vraie révolution sociétale.

 

Les systèmes intelligents de l'énergie permettent-ils de répondre à ces besoins ? 

Marion Perrin : Absolument ! La digitalisation est nécessaire dans l'autoconsommation pour être capable de piloter sa maison, c'est-à-dire avoir en temps réel les informations de production et de consommation afin de gérer les surplus. Cela implique de connaître quel est le meilleur moment pour lancer ma machine à laver ou brancher la charge de mon véhicule électrique. Pour superviser les besoins de production et de consommation, le digital permet d'obtenir l'information indispensable. Ensuite, grâce au pilotage, on peut-être en mesure de mettre en oeuvre des stratégies  de démarrage et d'arrêt des consommations : est-ce que je préfère lancer un lave-vaisselle plutôt que de recharger ma voiture parce que je vais voir ma grand-mère demain ? Ou plutôt lancer ma machine à laver ? Et quid de ma pompe à chaleur ? Bref, il faut pouvoir envoyer l'ordre au bon moment en fonction des priorités définies au préalable par le consommateur, qui regarde de près ses factures.  

 

"Open Energies : point de bascule entre l'abstrait et le concret"

 

Car l'intérêt financier est important...

Marion Perrin : Il est majeur. Par exemple, si l'on prend un système de 5kWc de haute qualité, il faut compter environ 4 500 euros d'investissement TTC. Et avec ces panneaux, vous allez avoir la possibilité de réduire de 50% une facture pour 10 000kWh/an, soit 1 500 euros de budget annuel avant autoconsommation. Ce n'est pas rien !

 

Avoir un salon dédié à la digitalisation de l'énergie est un vrai besoin ? 

Marion Perrin : oui, car jusqu'à présent i n'y avait pas de salon professionnel qui permettait de visualiser la digitalisation de l'énergie. prenez le concept du roaming de l'énergie : c'est extrêmement difficile à conceptualiser et ça ne parle pas à grand monde ! Et aujourd'hui, nous allons devoir expliquer le roaming des électrons... Autant vous dire que ça devient mission impossible ! (rires) Avec Open Energies, ces choses abstraites peuvent devenir concrètes en montrant les applications, voir ce que ça permet de réaliser comme économies, et d'échanger avec les fabricants... C'est de nature à rassurer et accélérer l'appropriation de ces technologies et leurs nouveaux usages !